Groupes convoqués
Assemblée Permanente
Type de réunion
Discussion et co-construction

Esport - Politique générale

Marmat - farlistener, Aurifex

De plus en plus de compétitions d'esport prennent place internationalement et il ne s'agit pas d'une mode mais une réelle activité sportive. Placés dans une logique internationale, les tournois sont de plus en plus développés. Les plus importants se jouent dans des salles multi-disciplines comme la Lanxess Arena à Cologne. Les rassemblements les plus importants attirent plusieurs millions de spectateurs [1] et proposent un "cashprize" (récompense sous la forme de primes) atteignant facilement plusieurs centaine de milliers d'euros.[2] Cette activité est en pleine explosion, avec des tournois de plus en plus structuré. [3]

Les "esportifs" vivent aujourd'hui dans un cadre précaire, voire inexistant, mettant en danger leur professionnalisation, et aussi leur conditions d'imposition. Cela peut aussi entraîner -et a entraîné- des abus de la part de managers, sponsors, et équipes. Le cadre légal assimilait les compétitions aux jeux d'argent les rendant ainsi illégales. De même, des abus existent, comme des escroqueries de certains organisateurs profitant du manque de statuts pour arnaquer les équipes, en ne versant pas le "cashprize" remporté. On peut aussi remarquer que la mixité n'est que peu présente dans les équipes et tournois.

Les paris sur les compétitions ne sont pas forcément encadrées, il arrive que certains sites de jeu et joueurs soient liés a des pratiques illégales (match arrangé notamment).[4] Certains sites existent malgré leur illégalité aux vues des lois françaises. Les esportifs de haut niveau ne sont pas encadrés comme le sont leurs homologues de sports traditionnels. Ainsi, ils sont moins bien suivis sur leur santé, impactée par leur pratique[5], ou moins bien aiguillés pour leur permettre de se réinsérer dans des emplois plus classiques à la fin de leur carrière.

L'esport est discriminé et n'est pas considéré comme des pratiques sportives. Il est vu uniquement sous le prisme du numérique, en étant lié à ce ministère et non à celui des sports. Il est donc indirectement, lié à l'économie au vue des dépendances et rapports ministériels. Il n'est pas reconnu à sa juste valeur sportive et culturelle. C'est là refuser d'admettre la dimension sportive de la pratique. Les règles de diffusion ne sont pas adaptées à ces disciplines spécifiques et doivent être modifiées pour permettre a la discipline d'émerger dans l'audiovisuel français. Les disciplines "esportives" ne sont pas structurées autour de fédérations reconnues. Malgré l’existence de la fédération France-Esport, cette dernière n'est pas reconnue comme fédération sportive. Les disciplines "esportives" regroupent souvent plus de pratiquants que d'autres sports. Enfin, l'esport n'est pas vu comme vecteur de valeurs liées a l'olympisme comme les autres sports tel que l'esprit d'équipe et le dépassement de soi.

[1] https://www.dexerto.fr/fortnite/1.5-millions-spectateurs-rassembles-twicth-devant-tournoi-pro-am-102670
[2] https://www.eclypsia.com/fr/cs-go/actualites/csgo-annonce-un-cashprize-d-1-million-de-dollars-pour-les-major-9230
[3] https://techcrunch.com/2016/04/23/match-fixing-comes-to-the-world-of-e-sports/
[4] https://62e528761d0685343e1c-f3d1b99a743ffa4142d9d7f1978d9686.ssl.cf2.rackcdn.com/files/100341/area14mp/image-20151030-16547-1s25hx3.png
[5] https://flickshot.fr/en/article/shox-parle-de-sa-blessure-au-poignet/5a9e650254972



Statuts juridique Il est incorrect que le statut des "esportifs" soit si différent de celui des sportifs traditionnels. Nous souhaiterions créer un statut directement inspiré de celui de sportif de haut niveau pour les joueurs et joueuses professionnels, en concertation avec les acteurs de ce domaine. Ce statut, permettrait de les sortir de la précarité dans laquelle certains pratiquants sont, tout en les adaptant aux spécificités de l'esport. Les différents métiers liés aux équipes et aux tournois doivent être reconnus (commentateurs, analystes...) , et un statut juridique doit exister pour leur permettre d’exercer dans la légalité leurs activités. Les tournois ne doivent plus être uniquement reconnus pour leurs récompenses mais doivent être assimilés et régis comme des compétitions sportives.

Organisation de la pratique La pratique doit être structurée comme les autres sports à l'aide du principe de clubs et de fédérations, permettant l'accompagnement et la formation à tous les niveaux. Comme pour les sports traditionnels, la pratique à haut niveau doit être accompagnée, comme par exemple par l’existence de structures comme les pôles ou les sports-études. Ceci permettrait à la fois de former les "esportifs" au haut niveau, et les aiderait en les accompagnant dans tout ce qu'implique leur statut de professionnel. (suivi médical, psychique et psychologique, réinsertion, aide à la formation, conseils juridiques...). La fédération devrait être une fédération multisport (chaque jeu pouvant être considéré comme une discipline à part entière) agréée par le ministère en charge des sports, et être délégataire pour l'organisation de compétitions[6]. Elles doivent protéger contre les pratiques malveillantes conformément au fonctionnement général des fédérations, comme les match arrangés, le dopage ou la triche. Les disciplines esportives ne doivent plus être uniquement rattachées à leur dimension économique. Leur dimension sportive doit primer. Les esports présentent l'intérêt de la mixité. En effet, les mêmes capacités physiques sont attendues pour les joueuses et les joueurs. En ce sens, la pratique de compétition mixte doit être encouragée.

Reconnaissance de la société Nous souhaitons que la discipline, les sportifs et sa pratique obtiennent une véritable reconnaissance publique. En ce sens, nous pensons que que les esportifs de haut-niveau, comme l'ensemble des sportifs représentants la France dans des compétitions internationales, doivent recevoir le soutien du pouvoir politique et des citoyens. Nous devons adapter les règles de la diffusion audiovisuelle afin d'en favoriser l’émergence. Nous souhaitons que les clubs sportifs, regroupés au sein de la fédération nationale existent à une échelle locale, permettant un maillage local de la pratique à tous les niveaux.

[6] https://www.acteursdusport.fr/article/les-federations-sportives.7441



0 argument pour

4 arguments contre

  • Thufir
    le 06/12/2018 à 08:02

    C'est utiliser de l'argent public pour subventionner le marketing des studios de jeux vidéo qui sont par ailleurs opposés à la logique du logiciel libre

    3
  • Marmat
    le 06/12/2018 à 13:00

    Si tu considère l'Esport juste comme marketing pour les studios, tu loupe toute une dimension de la pratique.

    Certes l'Esport peut et est utilisé à ces fins par les studios de jeux videos. Mais non, la structuration et l'engagement dans la reconnaissance de la pratique ne signifie pas directement des subventions, et encore moins a destination des studios!

    Le financement des fédérations se fait selon un processus strict qui n'a pas tellement évolué depuis les dernières années et est issue d'un processus strict: Je renvoie vers cette réponse au sénat.

    Enfin, tous les studios ne sont pas opposés à la logique du logiciel libre (même si je pense que beaucoup n'y sont pas du tout sensibilisés). Le problème dans le milieu est notamment l’influence de Microsoft dans les dernières années.

    Au fond l’inexistence de jeu vidéo libres (sauf 0AD et encore) a un niveau de qualité des jeux récents est aussi liée au modèle économique et plein d'autres raisons que je ne détaillerai pas ici. La seule raison qui fait qu'il n'y a pas d'esport sur du logiciel libre c'est que Microsoft paie les fabriquant de machines pour que ce système équipe les machines. Qu'une grande part des gameurs ne sont absolument pas sensibilisés au logiciel libre et n'utiliseront jamais un système Linux car in y a trop peu de jeux compatibles (la encore pour plein de raisons). Enfin, Microsoft se sert aussi de compétitions comme autres fabricants de matériel pour promouvoir/faire la publicité de leurs produit en aidant leur financement.

    3
  • Marmat
    le 06/12/2018 à 23:44

    https://www.senat.fr/questions/base/2005/qSEQ050215862.html voilà le lien manquant (réponse au sénat qui explique la procédure)

  • Thufir
    le 06/12/2018 à 08:04

    Socialement, la proposition est irresponsable : que fera t-on des e sportif professionnel quand ils ne seront plus capables de jouer en compétition ? On ne les recyclera jamais comme les sportifs réels

    3
  • Marmat
    le 06/12/2018 à 12:47

    Pourquoi ne pourrait-on pas les aider à se reconvertir (plutôt que recycler que je trouve dans ce contexte péjoratif) comme on le fait pour les sportifs. En quoi est-ce différent et irresponsable?

    Ce qui est irresponsable c'est de laisser ces personnes sans rien une fois leur carrière terminée, perdant ainsi leur source de revenus.

    Pour donner des pistes dans le sport comme l'esport les ex-joueurs pro se reconvertissent parfois dans des métiers liés (entraineurs, analystes, commentateurs) ou dans des métiers totalement différents. Parfois leur parcours scolaire dans le supérieur à été impacté par leur professionnalisation en tant qu’athlète, comme dans les sports, et ont donc des difficultés à se retrouver un métier.

    Dans le sport, les structures existantes participent à ce suivi et les aident lors de leurs scolarisation, il n'y a pas de raison que ce soit différent pour les esportifs.

    1
  • Thufir
    le 06/12/2018 à 08:04

    Cette proposition est complètement démagogue : le jeu vidéo est une activité qui se porte bien, il n'y a aucun intérêt à la pousser davantage.

    3
  • Marmat
    le 06/12/2018 à 12:42

    Il ne s'agit pas là d'essayer de soutenir le secteur du jeu vidéo mais bien l'esport pratique sportive dérivée. Certes, un impact indirect sur le secteur du jeu vidéo est envisageable, mais ce n'est pas du tout la vocation de ce texte.

    2
  • Thufir
    le 06/12/2018 à 08:06

    Enfin, cette proposition est un extension du sport business, qui est un des avatars les plus corrompus du capitalisme : la société du spectacle, le star system dans ce qu'il a de plus obscène. Les pirates devraient davantage combattre cette saleté qui nous donne des horreurs comme les JO de Paris plutôt que de l'étendre à de nouveaux domaines d'activité

    3

  • Aucun amendement proposé