Congressus vous permet de gérer des réunions en fonction des différents groupes que peut fournir l'infrastructure Galette + Personae.
Ainsi vous pouvez définir qui est convoqué aux réunions, qui a le droit de vote, définir des motions, ...
Un outil de recherche permet de rechercher tout ou parti d'un propos, d'une motion, d'une proposition... et ainsi de retrouver rapidement un point de détail.

Réunions actuellement ouvertes : Session Décembre 2018 - Assemblée Permanente

De plus en plus de compétitions d'esport prennent place internationalement et il ne s'agit pas d'une mode mais une réelle activité sportive. Placés dans une logique internationale, les tournois sont de plus en plus développés. Les plus importants se jouent dans des salles multi-disciplines comme la Lanxess Arena à Cologne. Les rassemblements les plus importants attirent plusieurs millions de spectateurs [1] et proposent un "cashprize" (récompense sous la forme de primes) atteignant facilement plusieurs centaine de milliers d'euros.[2] Cette activité est en pleine explosion, avec des tournois de plus en plus structuré. [3]

Les "esportifs" vivent aujourd'hui dans un cadre précaire, voire inexistant, mettant en danger leur professionnalisation, et aussi leur conditions d'imposition. Cela peut aussi entraîner -et a entraîné- des abus de la part de managers, sponsors, et équipes. Le cadre légal assimilait les compétitions aux jeux d'argent les rendant ainsi illégales. De même, des abus existent, comme des escroqueries de certains organisateurs profitant du manque de statuts pour arnaquer les équipes, en ne versant pas le "cashprize" remporté. On peut aussi remarquer que la mixité n'est que peu présente dans les équipes et tournois.

Les paris sur les compétitions ne sont pas forcément encadrées, il arrive que certains sites de jeu et joueurs soient liés a des pratiques illégales (match arrangé notamment).[4] Certains sites existent malgré leur illégalité aux vues des lois françaises. Les esportifs de haut niveau ne sont pas encadrés comme le sont leurs homologues de sports traditionnels. Ainsi, ils sont moins bien suivis sur leur santé, impactée par leur pratique[5], ou moins bien aiguillés pour leur permettre de se réinsérer dans des emplois plus classiques à la fin de leur carrière.

L'esport est discriminé et n'est pas considéré comme des pratiques sportives. Il est vu uniquement sous le prisme du numérique, en étant lié à ce ministère et non à celui des sports. Il est donc indirectement, lié à l'économie au vue des dépendances et rapports ministériels. Il n'est pas reconnu à sa juste valeur sportive et culturelle. C'est là refuser d'admettre la dimension sportive de la pratique. Les règles de diffusion ne sont pas adaptées à ces disciplines spécifiques et doivent être modifiées pour permettre a la discipline d'émerger dans l'audiovisuel français. Les disciplines "esportives" ne sont pas structurées autour de fédérations reconnues. Malgré l’existence de la fédération France-Esport, cette dernière n'est pas reconnue comme fédération sportive. Les disciplines "esportives" regroupent souvent plus de pratiquants que d'autres sports. Enfin, l'esport n'est pas vu comme vecteur de valeurs liées a l'olympisme comme les autres sports tel que l'esprit d'équipe et le dépassement de soi.

[1] https://www.dexerto.fr/fortnite/1.5-millions-spectateurs-rassembles-twicth-devant-tournoi-pro-am-102670
[2] https://www.eclypsia.com/fr/cs-go/actualites/csgo-annonce-un-cashprize-d-1-million-de-dollars-pour-les-major-9230
[3] https://techcrunch.com/2016/04/23/match-fixing-comes-to-the-world-of-e-sports/
[4] https://62e528761d0685343e1c-f3d1b99a743ffa4142d9d7f1978d9686.ssl.cf2.rackcdn.com/files/100341/area14mp/image-20151030-16547-1s25hx3.png
[5] https://flickshot.fr/en/article/shox-parle-de-sa-blessure-au-poignet/5a9e650254972

 


Télécharger le calendrier iCal